Encore un bouquin emprunté en bibliothèque qui me rend folle. Il s'agit de: Les meilleures recettes de risotto de Toni Vianello, le mec semblait italien au nom et aux moustaches alors j'y suis allée en toute confiance !
Et bien je ne me suis pas trompée, car j'ai réalisé mon meilleur risotto de l'année (je reste réaliste quand même).
Par contre c'est aussi le plat le moins diététique du monde..

La recette originale parlait d'un risotto au Barolo (vin italien) et à la moëlle. J'aime ces deux ingrédients. Je peux me noyer dans du vin (n'en déplaise aux calculs savants d'Anaïk)  et sans problème manger un tibia de boeuf..

Malheureusement le jour où j'ai voulu préparer ce risotto mon supermarchand n'avait pas été livré en moëlle, et encore moins en Barolo.. Je me souvenais aussi qu'il y avait une recette au gorgonzola..
Mon neurone a alors imaginé LA recette la plus grasse du monde.
En guise de Barolo, j'ai pris ce que je trouvais de moins cher en vin italien à savoir le Lambrusco Amabile (un vin rouge pétillant pas dégueu).

Voici donc ce qui fera hurler votre cardiologue et votre maillot brésilien dernier cri, mais qui ravira vos convives et vos papilles.

Pour 4 au moins :

  • 300g de riso carnaroli superfino,
  • 1 bouteille de Lambrusco,
  • 1/2l de bouillon de volaille magique,
  • 1 oignon,
  • Quelques cèpes réhydratés et leur jus de réhydratation,
  • 1 petit sachet de Parmesan,
  • 3 CàS de Gorgonzola,
  • 3 CàS de Provolone piquant rapé,
  • une dizaine de tranches de Coppa,
  • 1 paquet de lardons fumés,
  • S&P,
  • Huile d'olive..

Dans une sauteuse mettre l'huile d'olive et l'oignon émincé. Puis ajouter les lardons et les cèpes.
Faire revenir à feu vif 5 mn.
Ajouter le riz et bien mélanger afin qu'il s'imbibe de toute cette matière grasse.
Ajouter une fois que les grains de riz sont translucides, la bouteille de vin, bien mélanger.
Ajouter ensuite le bouillon, et l'eau des cèpes. Là, on ne touche plus à rien.
On se sert un apéro, un Martini (ou deux) par exemple avec des Gressini.
On a en gros, 18mn devant soi.
On jette tout de même un oeil au riz.
On a le droit de touiller légèrement si on voit que ça sèche à certains endroits. On remouille si c'est vraiment sec, mais ça m'étonnerait, mon riz s'est très bien tenu il a bien bu tout son vin calmement.
A la fin de la cuisson, on goûte, on éteint le feu et on ajoute, le Parmesan, le Gorgonzola, le Provolone et la Coppa hachée finement.
On ne touille pas. On couvre.
On dresse la table, et on ne se resserre pas un 3ème Martini, non.
A la fin, Toni y dit "procéder à la liaison, Mantecare". (Toni il est grave, il voudrait en plus qu'on rajoute du beurre, faut pas déconner non plus..)
On fait comme y dit, on touille rapidement et on sert.
Et là c'est monstrueusement BON !!!!

On est bien d'accord, le lendemain, c'est pain azyme radis et perrier, et un petit marathon histoire de faire couler tout ça..

Si vous êtes anémiés ou gourmands essayez-le, vraiment !!

Par contre en photo ça rend rien.

R0015781